CSA et Internet : La vieillesse est un naufrage

Ou comment, avec la grâce de l’éléphant et l’intelligence politique d’une moule, le CSA relance une polémique déjà tranchée par le législateur en 2009.


Dans un article de La Tribune relayé par Le Monde on apprend que le CSA dans une lettre adressée à Giuseppe de Martino, secrétaire général de Dailymotion, membre de l’Association des sites Internet communautaires ainsi que du Conseil national du numérique, désire vouloir faire contribuer les plateformes de vidéos en ligne à l’instar de Youtube ou Dailymotion à la création culturelle. Rappelons que ces plateformes sont des hébergeurs au regard de la loi française, ce qui signifie qu’elles permettent à des tiers (internautes ou compagnies) de mettre en ligne leurs vidéos. En cela, elles possèdent un statut à part dans la loi française qui les distingue des éditeurs et des diffuseurs de programmes audiovisuels.


Cette lettre, rédigée par son président Michel Boyon, nous explique que « le …]. Il est surtout une menace pour l’équilibre économique des chaînes“. Une telle citation nous apprend deux choses sur cette instance. La première est que le CSA est prêt à brider la liberté d’expression et le partage de contenu sur internet pour préserver l’équilibre économique des chaines nationales. Un observateur mesquin pourrait affirmer qu’il s’agit de maintenir artificiellement une présence prédominante des médias classiques en empêchant l’expansion du rôle d’Internet juste parce que ceux ci doivent pouvoir continuer à se faire de l’argent.


La deuxième est que, et on rejoint ici l’avis de Giuseppe de Martino, il semblerait que le CSA se sente dépassé par ce “secteur non régulé” et cherche à reprendre la main sur une situation qui lui échappe. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soi que le CSA fasse des propositions quant à la gestion des contenus sur internet et tente de faire évoluer son rôle dans le temps. Mais cela ne justifie pas pour autant qu’il se fende de propositions qui révèlent plus la volonté impérialiste qui l’habite qu’une compréhension claire de la nouvelle donne concernant le partage de l’information.